Le lavage sans eau : économique et écologique

En France, le lavage des voitures représente près de 6 % de la consommation d’eau annuelle des ménages. Variant de 50 à plus de 300 litres, la quantité nécessaire est en effet conséquente. C’est l’une des raisons pour lesquelles, depuis quelques années, le lavage sans eau fait de plus en plus parler de lui. Qu’en est-il exactement ?
Le lavage sans eau : économique et écologique
©baranozdemir/iStock

Un lavage sans eau, est-ce vraiment possible ?

Assimilé à une corvée par bon nombre de personnes, le lavage de voiture traditionnel présente de plus certains inconvénients : il est interdit sur la voie publique, problématique en cas de températures négatives et franchement pas écologique.
La solution du lavage sans eau semble donc idéale, mais… dans les faits, peut-on réellement nettoyer une voiture sans utiliser une goutte d’eau ?
Bien sûr, un 4×4 rentrant d’un long circuit sur chemin boueux aura besoin d’un lavage plus vigoureux qu’une citadine qui dort au garage. Mais, pour cette dernière et pour la plupart des véhicules d’utilisation courante, le lavage sans eau est en effet possible.
Cette technique se distingue du lavage sans rinçage, une méthode qui nécessite quant à elle l’emploi d’une petite quantité d’eau.

Que doit-on utiliser pour un lavage sans eau ?

Ce procédé fait appel à des produits spécifiques, formulés sans solvant et entièrement biodégradables. Ils contiennent trois composants pour une action complète :

  • un détergent qui décolle la saleté ;
  • un lubrifiant qui empêche les impuretés d’adhérer ;
  • un lustrant qui protège et fait briller la carrosserie.

Formulés au départ avec du silicone, volatil et difficile à éliminer en cas de nouvelle peinture, les produits de lavage sans eau sont aujourd’hui essentiellement fabriqués à base de polymères.
Concernant le matériel, ce procédé nécessite uniquement l’emploi de chiffons en microfibre, dont la texture a la particularité de ne pas rayer les surfaces.

Comment procéder au lavage sans eau d’une voiture ?

La méthode est très simple, bien qu’un peu longue à mettre en œuvre. Voici la marche à suivre :

  • procéder sur carrosserie froide ;
  • secouer le bidon afin de bien mélanger les composants du produit ;
  • vaporiser (en procédant par petites zones) ;
  • laisser le produit agir quelques secondes ;
  • utiliser un chiffon en microfibre imbibé de produit pour frotter les zones qui le nécessitent ;
  • essuyer et lustrer avec un chiffon propre et sec (également en microfibre).

Certains établissements se spécialisent dans le lavage sans eau. Passer par un professionnel procure de nombreux avantages, tels que la disponibilité des produits adéquats et le gain de temps. Certains professionnels se déplacent même à domicile.

Quels sont les avantages du lavage sans eau ?

Ils sont nombreux ! Hormis le temps passé lors du premier nettoyage, le lavage sans eau n’a pratiquement que des atouts :

  • il est écologique, grâce aux économies d’eau qu’il permet et à la biodégradabilité des produits employés ;
  • il est économique : un bidon de produit lavant sans eau coûte environ 10 € pour 4 passages et les chiffons en microfibre, peu onéreux, sont lavables et réutilisables ;
  • il est pratique : les produits sont utilisables sur toutes les surfaces (carrosserie, pare-brise…) ;
  • il redonne de l’éclat à la peinture grâce à la cire contenue dans les produits ;
  • il offre un effet « déperlant » : l’eau glisse sur les surfaces et les saletés adhèrent moins ;
  • il protège la voiture et limite son encrassement, ce qui facilite le nettoyage suivant.

En bref, le lavage sans eau semble bien être l’alternative écologique et économique au nettoyeur haute-pression et aux rouleaux. L’intérêt que suscite cette technique pousse les fabricants de produits à rivaliser d’innovation et d’efficacité, ce qui rend service au consommateur final.

Articles en lien

Publicité