Essai Kia Optima 1.7 CRDi 136 ch : L'habit ne fait pas le moine

Alexandre Primard - 30/12/2011

Alors que la crise financière battait son plein, Kia parvenait à maintenir ses ventes mondiales en hausse grâce au renouvellement dynamique de sa gamme. Le constructeur profite de cette bonne santé pour lancer l'Optima, sa nouvelle berline familiale. Joliment présentée, bien équipée et abordable, il ne lui manque qu'un moteur à la hauteur de son style.

Une parure flatteuse
Le premier contact visuel avec l'Optima est tout de suite agréable. Athlétique avec ses lignes affûtées et sa face avant expressive, la berline intègre le coup de crayon racé des dernières productions de la marque.

La calandre s'habille donc de cette grille noire caractéristique, entourée de blocs optiques effilés. Suivant la mode du moment, ces derniers sont soulignés par des LED qui attirent également l’œil sur les antibrouillards triangulaires. L'Optima arbore un regard perçant qui, en plus de sa ligne élancée, augure un fort tempérament au volant.

Si le dynamisme et la sportivité sont suggérés par la face avant, ils doivent aussi beaucoup aux imposantes jantes pleines de 18 pouces de notre modèle, qui confèrent un aspect massif à l'auto. A cela s'ajoute une ligne d'épaulement haute et marquée suggérant l'allure d'un coupé.

A bord, du bon et du moins bon
À l'intérieur, les bonnes surprises se poursuivent. On découvre un habitacle spacieux à la présentation moderne et soignée. Du moins en apparence, car certains détails trahissent une finition irrégulière : le plastique bas de gamme sous le volant, l'isolation des portes qui ne profite pas du même souci du détail que l'habitacle...

Malgré ces petits impairs, l'Optima profite de l'amélioration de la qualité perçue chez Kia. Les deux compteurs rétro-éclairés entourent un écran de 3,5 pouces qui permet une lecture facile des informations de l'ordinateur de bord.

Même constat pour ce qui est de la console centrale. Gainée de simili cuir, elle s'habille, comme les portes, de quelques touches de bois. L'instrumentation est très intuitive et le GPS, malgré quelques ratés lors de notre essai sur la Côte d'Azur, se montre efficace et facile à manipuler.

De série sur la finition Premium Navi, le pack navigation permet aussi de profiter d'un système audio haute performance. Fourni par le spécialiste Infinity, il offre 12 haut-parleurs répartis en 8 emplacements dans l'habitacle. L'assurance d'un son au meilleur niveau de la catégorie.

L'ambiance à bord profite aussi d'un autre atout : le toit ouvrant panoramique de série ! Un équipement habituellement en option qui permet de pleinement profiter du voyage et apporte une belle luminosité.
À cela s'ajoutent les connecteurs MP3 (USB, AUX), le système d'assistance au parking, les sièges avant chauffants, la boîte à gants réfrigérée, la sellerie sport... Le tout de série dès la finition Active.

Côté habitabilité, l'Optima profite de ses dimensions imposantes – 4,85 m de long ! – et de son empattement de 2,79 m pour offrir un espace généreux à ses passagers. Le coffre se montre spacieux lui aussi avec son volume de chargement de 505 litres, soit 40 de plus qu'une Honda Accord. Pour l'anecdote, il y a de quoi selon Kia y verser le contenu de 666 bouteilles de vins... En revanche même constat que dans l'habitacle : des détails, comme la partie en tôle visible dans le coffre et le mécanisme de bascule des sièges sont loin de répondre aux ambitions haut de gamme de l'Optima.

Manque de caractère
Le châssis de la coréenne, qu'elle emprunte à la Hyundai Sonata US, assure une bonne stabilité et un comportement sain. Cependant l'Optima ne tient pas longtemps la comparaison avec la concurrence avec son seul bloc 1.7 CRDi de 136 chevaux. Couplé sur notre version à une boîte manuelle à 6 rapports, ce moteur apparaît suffisant pour les longs trajets routiers mais manque de caractère et de reprise pour adopter une conduite dynamique, largement suggérée par le look de la voiture. Avec son pic de couple (325 Nm) disponible qu'au delà de 2.000 tours/min, les évolutions à bas régime ne sont pas non plus sa tasse de thé.

Ce 4 cylindres se montre en revanche assez silencieux, tandis que l'habitacle ne laisse filtrer que de légers bruits d'air et de roulement.
La consommation oscille pour sa part entre 7 et 7,8 l/100 km, tandis que les 133 g/km de CO2 émis par ce bloc le placent en zone neutre. Précisons que le pack ecoDynamics présent sur notre véhicule d'essai ne sera pas commercialisé en France. Oubliez le Start&Stop, bien utile pourtant dans les embouteillages.

Au final, la Kia Optima fait le boulot mais ne procure pas de sensations inoubliables. Dommage car son allure laisse espérer un tempérament plus enthousiasmant.


Bon rapport qualité/prix
Au final, la Kia Optima s'apprécie pour son style percutant, sa présentation réussie et son haut niveau d'équipement. Si pour le moment la finition approximative et la seule motorisation proposée ne jouent pas en sa faveur, l'arrivée d'un bloc 2.0 de 170 chevaux d'ici le deuxième trimestre 2012 devrait rehausser son attrait.

À celui-ci viendra s'ajouter l'an prochain une proposition hybride associant un bloc 2.0 de 150 chevaux à un petit moteur électrique de 40 chevaux.
Mais l'atout majeur de l'Optima reste son excellent rapport qualité/prix. Proposée à partir de 27.990 euros en finition Active, elle offre d'entrée la sellerie cuir et toute une série d'équipements déjà cités. Notre version haut de gamme s'affiche à 31 990 euros en BVM6 et 33.490 euros en BVA6.

Publicité