Bib Gourmand 2012 : le nouveau visage de la France gourmande

15-02-2012Par MICHELIN


 
 
Quand Bibendum se pourlèche les babines…
 
Tous les inspecteurs du guide MICHELIN vous le diront : un Bib Gourmand s’impose souvent comme une évidence. C’est le type même de la bonne petite table qui fait plaisir, éminemment plaisir, avec une recette toute simple et néanmoins exigeante : faire le meilleur avec, parfois, le moins, et toujours un savoir-faire très professionnel !
 
Le 1er février dernier, un mois avant la publication du millésime 2012 du guide MICHELIN France, les Bonnes petites tables du guide MICHELIN 2012 sont sorties en librairie. En avant-première, ce guide présente tous les restaurants couronnés d’un Bib Gourmand dans la future édition. Une véritable reconnaissance pour une famille de restaurants qui fait aujourd’hui florès : pour ce dernier cru, la sélection atteint 630 établissements sur toute la France, dont 124 nouveaux – un record ! C’est un fait : comme l’étoile Michelin (dont le nombre lui aussi ne cesse de croître dans l’Hexagone), le Bib Gourmand incarne dorénavant tout un pan de la gastronomie française, un pan en plein épanouissement.
 
L’esprit Bib Gourmand, l’esprit d’une époque 
 
Dans une auberge traditionnelle isolée sur une petite route de campagne comme dans un néobistrot très branché au cœur d’une grande ville, la même formule s’impose aujourd’hui partout. En un mot, savoir-faire d’hier et mode pointue, même combat : bien manger ! Désir d’authenticité ? Retour à une forme de plaisir un temps oublié ? Arguments santé ? Tout cela et plus encore. Car le souci de la qualité fait une vraie percée : priorité à la fraîcheur, aux productions locales et au marché, respect des saisons, redécouverte de produits et recettes oubliés, et envie de (bien) cuisiner, avec l’assurance qu’un ingrédient bien travaillé, fût-il modeste, donne nécessairement beaucoup. Une vraie bonne nouvelle pour l’époque !
 
Pas un euro de plus !

Les critères de prix du Bib Gourmand sont très précis : l’établissement doit proposer a minima un menu complet (entrée + plat + dessert) pour un prix maximum de 29 € en province (33 € le week-end) et 35 € à Paris.
 
Ça bouge en France !
 
Cette année encore, les inspecteurs du guide MICHELIN ont fait partout de belles découvertes : de jeunes chefs talentueux qui reviennent au pays après de belles années d’apprentissage à travers le monde, des couples pleins d’entrain à la tête de leur première affaire, des petites tables branchées dans la mouvance « bistronomie », etc. Tous les terroirs, tous les styles de cuisines, toutes les pattes de chef… réunis par une seule et même passion : celle de la bonne cuisine. Au final, la nouvelle carte de France des Bib Gourmand dessine un pays animé par la passion de faire plaisir ! Illustration à travers quelques coups de cœur 2012 :
 
AUVERGNE
Auberge de Chassignoles, à Chassignoles (43) : les Anglais débarquent ! Aux commandes de cette petite auberge rurale, un jeune couple de Britanniques… qui a bien fait de venir s’installer en France. Mention spéciale pour la charcuterie : Harry Lester tue lui-même deux cochons par an ! Et pour rester en week-end : des petites chambres sympathiques où l’on se réveille au son des cloches.
 
BOURGOGNE
Auberge du Clos du Roy, à Chenôve (21) : tout près de Dijon, en lieu et place du café du village resté longtemps abandonné, un bistrot réjouissant, où simplicité rime avec générosité. Pas de homard évidemment, mais par exemple une bonne « soupe de l’auberge » !
 
BOURGOGNE
Le Restaurant, au Creusot (71) : un patron fou de bons produits et de bons vins. Il fait le tour des tables, explique l’ardoise, conseille avec passion le cru d’un petit producteur… sans jamais voler la vedette à l’assiette, d’une belle finesse.
 
BRETAGNE
Le Macareux, à Trégastel (22) : pas besoin d’être un macareux pour venir se poser ici. Vue sur le large, feu de cheminée pour se réchauffer l’hiver et… produits de la mer encore brillants de l’écume de la marée (le chef travaille avec des petits pêcheurs). Un vrai nid gourmand.
 
FRANCHE-COMTÉ
Philippe Bouvard, à Balanod (39) : l’établissement porte le nom de son chef, un homme généreux et passionné qui, sans mauvais jeu de mots, n’a pas la grosse tête ! Au menu : grenouilles, volailles de Bresse, agneau du pays…
 
ÎLE-DE-FRANCE
Le Saint-Joseph, à La Garenne-Colombes (92) : dans ce bistrot tout simple du 92, le garde-manger de Denis Jublan est une vraie corne d’abondance. Quel choix de beaux produits frais ! Une petite pépite à 20mn de la gare St-Lazare.
 
ÎLE-DE-FRANCE
Le Casse-Noix, à Paris (75) : dans le 15e arrondissement, ce bistrot rétro et convivial n’a vraiment rien d’un rendez-vous de casse-pieds. Décor vintage, recettes authentiques (« et un pot-au-feu de joue de bœuf, un ! ») : ce Casse-Noix casse des briques !
 
LORRAINE
L’Argousier, à Volmunster (57) : Jonathan Birkenstock a repris cette table en 2008. Un retour au pays natal pour ce jeune chef, après un joli parcours dans des tables de renom. Il signe une cuisine soignée, telles ces langoustines croustillantes et sushi de risotto au parmesan.
 
POITOU-CHARENTES
La Cuisine de Jules, à La Rochelle (17) : bistrot contemporain tout près des Halles, ce Jules-là sait cuisiner et on ne craint pas de le voir aux fourneaux ! On apprécie notamment son plat de bœuf juste saisi servi comme un carpaccio à l’huile d’herbes.
 
PROVENCE-ALPES-CÔTE D'AZUR
Aux Bons Enfants, à Cannes (06) : Luc Giorsetti a repris l’affaire de famille avec l’envie de faire renaître l’époque de ses grands-parents (gouaille provençale comprise). Il propose une belle cuisine du marché, à l’instar de ces petits farcis niçois, terrine d’artichauts rôtis au fromage et pancetta. Pas de téléphone et paiement en liquide – mais l’addition reste très légère pour Cannes !
 
RHÔNE-ALPES
L’Ourson qui Boit, à Lyon (69) : un vrai doudou gourmand que cet Ourson-là, qu’on ne voudrait perdre pour rien au monde. Aux commandes, un chef japonais, Akira Nishigaki, qui a fait ses classes dans de belles maisons françaises. La tradition lyonnaise et l’excellence nippone fusionnent à prix imbattable !
 
RHÔNE-ALPES
La Remise, à L’Argentière (74) : vive la Savoie ! Isolée sur une petite route, cette auberge se révèle extrêmement chaleureuse. Francine œuvre en cuisine, Sébastien en salle : saveurs et délicatesse au menu.
 
De la Normandie à l’Alsace en passant par l’Aquitaine, elles sont nombreuses les bonnes adresses qui mériteraient également d’être citées… 630 exactement, toutes mises en avant dans Les Bonnes Petites Tables du guide MICHELIN 2012. Les bons plans – dans l’exigence – ont un visage : suivez le Bib Gourmand !
 
Le guide MICHELIN
 
 

Les Bonnes Petites Tables du guide MICHELIN 2012, c’est :
- 630 restaurants partout en France, classés par région
- des textes détaillés présentant chaque établissement
- les spécialités ou « plat signature » de tous les chefs
- 480 pages couleurs, avec de nombreuses photographies
- prix de vente : 17,90 €

En vente en librairie et sur www.michelin-boutique.com